L'’entretien d’'embauche constitue une phase décisive du recrutement, et il est un exercice périlleux puisque l'’on sort du cadre formel d’'échange de documents ou de courtes conversations téléphoniques. Pour qu’'il soit constructif, sa préparation doit être minutieuse, et cette fois il ne suffit plus d’'avoir un CV bien rempli et des diplômes reconnus : étant rarement seul(e) à proposer votre candidature, c’'est votre personnalité et votre prestation qui feront la différence avec vos « concurrents »!

PREPARER L'ENTRETIEN

I-EN TERRITOIRE CONNU !

II-FAITES VOTRE CARTABLE

III-L'IMPORTANCE DE LA PRESENTATION

IV-SE VALORISER

V-LE RESPECT DU CADRE FORMEL

 

L'ENTRETIEN : UN ECHANGE

I-LES QUESTIONS GENERIQUES

II-AUTRES QUESTION

Questions déstabilisantes
Questions indiscrètes?

III-VOS QUESTION

Questions pratiques...
...et questions d'argent

 

PREPARER L'ENTRETIEN


I-EN TERRITOIRE CONNU !


Il est capital de savoir à qui vous vous adressez ! Pour cela, renseignez-vous le plus possible. Pour commencer, cherchez à connaître l’entreprise pour laquelle vous postulez : Activité, histoire, organigramme… vous trouverez généralement la majorité de ces informations sur internet, et si l’entreprise n’a pas encore son propre site, certaines institutions pourront sans doute vous aider (chambre de commerce ou des métiers par exemple…)

Essayez autant que possible de savoir qui vous recevra si il s’agit d’un membre du personnel et non du directeur, afin de comprendre pourquoi c’est cette personne qui vous rencontre.

Ces renseignements vous permettront d’orienter au mieux l’entretien en mettant en avant vos qualités, et d’afficher directement une évidente adéquation avec le poste proposé.


II-FAITES VOTRE CARTABLE

Ne vous rendez pas à un entretien d’embauche les mains vides . Vous devez montrer que vous êtes organisé et prévoyant, prêt à parer à toutes les éventualités.

  • Agenda

    Rappel de votre disponibilité, il vous permettra d’organiser avec précision la suite des entrevues qui auront lieu par la suite, voir de fixer la date d’embauche (par exemple dans le cas d’un préavis courant dans votre emploi actuel).

  • Bloc notes

    Ni trop encombrant, ni trop petit, car vous aurez sans doute des notes à prendre concernant des questions évoquées, des pièces supplémentaires à joindre, ou tout simplement les précisions sur le poste.

  • CV

    Ayez un CV avec vous, votre interlocuteur ne l’aura pas toujours avec lui et cela permettra de remettre dans son contexte un entretien qui n’est sans doute pas le seul dont s’occupe celui qui vous reçoit.

  • Echanges avec l’entreprise

    Courriers papier, mails imprimés, il est préférable de disposer de tous les échanges qui ont mené à cette rencontre. Le recruteur qui vous reçoit n’est pas forcement celui qui avait traité votre candidature en amont, ou bien le délai écoulé peut engendrer certains oublis de sa part. Avec ces documents vous pourrez recontextualiser immédiatement la situation.

  • Réalisations

    Selon votre spécialité, apportez des démonstrations de votre travail passé, cela sera plus parlant que des lignes sur un CV et permettra à celui qui vous reçoit de se faire une idée immédiate de vos compétences ou talents.


III-L'IMPORTANCE DE LA PRESENTATION

Prévoyez un délai d’avance, plus ou moins long selon les risques de retard liés à la circulation ou encore à votre méconnaissance du lieu ou vous vous rendez. Vous devez arriver avant le recruteur, il vous reçoit et si quelqu’un doit attendre, mieux vaut que ca soit vous.

Ayez confiance en vous : vous venez vendre vos compétences et si cet entretien a lieu, c’est bien que vous intéressez l’entreprise ! La crispation peut être contagieuse, laissez la donc à la porte. Un entretien positif se fait dans une certaine cordialité, chacun propose et reçoit, il s’agit d’un échange. Soyez souriant, la poignée de main franche, la première impression est souvent celle qui reste .

Votre tenue vestimentaire doit rester relativement classique. Peu importe ce qu’elle sera par la suite et quelle est votre domaine professionnel, nous sommes ici dans une démarche formelle et si vous devez vous distinguez ca sera par la teneur de l’entretien et non par une quelconque excentricité qui pourrait apparaître comme un manque de confiance en soit, ou à l’inverse une preuve d’arrogance.

Une volonté affichée de se faire remarquer à tout prix vous fera plus généralement remarquer dans le mauvais sens que dans le bon. Ici, la sobriété sera synonyme d’aisance et de classe.


IV-SE VALORISER

Quel que soit votre poste, un recruteur attendra de vous une certaine autonomie et une capacité a gérer une situation de stress, ou une situation imprévue. L’entretien peut être un excellent exercice, même si la volonté de déstabiliser le candidat pour tester ses réactions se fait de plus en plus rare.

Soyez sûr de vous, gardez votre calme quelle que soit la tournure que prends la conversation et affichez une assurance mesurée et maîtrisée, vous aurez déjà fait grande une partie du travail relationnel que requiert la  situation.
Vous devez considérer la personne qui est en face de vous comme un futur partenaire dans un projet commun, même si sa situation hiérarchique diffère de la votre : le recruteur est la pour évaluer vos compétences et leur place dans l’entreprise, non pour juger votre profil avec un regard paternaliste.

Impliquez-vous dans l’échange et maintenez le rythme de la conversation, vous devez être actif dans un entretien d’embauche !

V-LE RESPECT DU CADRE FORMEL 

Certains reflexes peuvent vous faire paraître plus ou moins fiables, puisqu’ils mettent en évidence votre aptitude à mener une conversation courtoise et efficace. Parlez de manière claire et calme, sans nervosité dans la voix.

Ne monopolisez pas le temps de parole, sachez pour cela n’évoquer que ce qui est nécessaire et aller droit au but. Ne parlez de vous que si la question l’implique, sans vous étendre sur des questions annexes qui n’auraient pas leur place durant l’entretien. Soyez subtil : si certaines questions sont éludées par le recruteur, ne soyez pas trop insistant ou empressé. Prenez patience afin de ne pas le pousser dans ses retranchements.

Votre présentation verbale et votre stratégie dans la conversation sont au moins aussi importantes que votre tenue vestimentaire et votre faculté d’adaptation au contexte ne pourra que vous avantager.

 

L'ENTRETIEN : UN ECHANGE


Vous n’êtes pas la seule personne dans cette démarche qui vient apporter des réponses. Si certaines interrogations seront traitées rapidement et se retrouvent d’une rencontre à l’autre, d’autres pourront être plus inattendues. Pour autant vous avez certainement vous aussi des renseignements à obtenir, faites-le savoir.


I-LES QUESTIONS GENERIQUES

Il serait difficile de faire une liste exhaustive puisque les situations sont presque aussi nombreuses que les postes à pourvoir. Toutefois certaines seront immanquablement évoquées. Gardez toujours à l’esprit vos qualités et vos failles, ainsi que leur rapport potentiel avec le poste que vous convoitez.

  • Votre passé :

    On vous demandera ainsi de retracer brièvement votre parcours (ou au moins les dernières années si vous avez une longue carrière derrière vous), les raisons qui vous ont amené à faire des choix de carrière, ce qui vous a amené à l’entretien en cours. Vous pouvez prendre le parti de développer certaines phases de votre parcours si elles vous semblent importantes pour appuyer vos compétences ou renforcer votre légitimité dans la place qui vous occupez.

  • Vos motivation : pourquoi êtes-vous la ?

    Les motivations qui vous ont amené à ce rendez-vous doivent être amenées de manière positive . Vous devez expliquer en quoi ce poste vous intéresse, ce que vous comptez y trouver et ce que vous pouvez apporter. Si vous avez quitté votre précédent emploi dans des conditions difficiles, vous pouvez le faire savoir mais veillez toujours à rester objectif sans être critique à l’égard de votre ancien employeur : celui ou celle que vous avez en face de vous ne dois pas croire que vous êtes la par dépit, mais bien par choix. Présentez votre candidature comme une opportunité d’épanouissement professionnel et d’enrichissement mutuel entre vous et la structure qui va vous accueillir.

  • Vos compétences : vous avez des atouts !

    Celui qui vous écoute va tenter de déterminer vos compétences de deux façons. D’une part détecter vos points forts (compétences techniques, bon relationnel, contact facile avec autrui, contrôle de soi…) mais également les recouper avec ceux que nécessitent la fonction pour laquelle vous vous présentez.

    Dans cette deuxième approche, c’est à vous de l’aider à  faire le lien entre ce qu’il recherche et ce que vous êtes. Votre CV ne suffit pas, c’est pourquoi il est important de bien comprendre ce que l’on attendra de vous, et dans quel mesure ce poste correspond à votre profil au delà de votre expérience ou de vos qualifications.

  • Votre personnalité : personne n’est parfait !

    Soyez objectifs ! Insistez évidement sur vos qualités et en particulier celles qui peuvent être un plus dans la situation présente, mais ne cachez pas vos éventuels failles pour autant. Se connaitre soi même c’est pouvoir amoindrir ses points faibles. Si vous ne pouvez mettre le doigt sur vos faiblesses, le recruteur peut craindre que ceux-ci se manifestent plus tard, et comme il ne les connaît pas il préférera s’il en a la possibilité éviter les mauvaises surprises.

II-D'AUTRES QUESTIONS?

  • Questions déstabilisantes : un test grandeur nature

    Même si cette tendance disparaît (les recruteurs d’aujourd’hui préfèrent majoritairement établir directement un rapport de confiance qu’un rapport strictement hiérarchique qui serait trop mécanique), certaines questions peuvent paraître dangereuses. Si elles sont parfois inattendues et pas forcément agréables, ne les voyez pas forcément comme une stratégie visant à vous faire comprendre que vous ne faites pas l’affaire : vous êtes peut être en train de jouer la carte qui déterminera l’obtention de ce poste parmi les autres candidats !

    Si le recruteur hésite encore, et que l’emploi proposé requiert sang-froid et sens des relations humaines, votre comportement sera déterminant. Soyez adroit vis-à-vis des questions inquisitrices telles que : pourquoi avez-vous arrêté de travailler à telle période ? Pourquoi ce changement de poste ? préparez à l’avance les réponses qui montreront que vous assumez pleinement le contenu de votre CV, et que vous savez apprendre des expériences passées . Si par exemple vous postulez pour travailler dans une équipe alors que vos postes précédents étaient solitaires, rappelez que vous n’avez pas forcément eu toutes les cartes en main, et que c’est pour cela que vous cherchez à intégrer cette place .

De votre capacité à gérer cette situation de stress peut découler le verdict final de cette rencontre !

  • Questions indiscrètes ?

    Une question devient indiscrète dés lors qu’elle concerne exclusivement la sphère privée et n’a pas de rapport avec le poste. Contexte familial, idées politiques, orientation sexuelle… sont pour une majorité de postes des questions sans véritable intérêt professionnel. Si vous sentez que vous n’êtes pas tenu de répondre à une question, vous pouvez par exemple demander au recruteur le rapport entre celle-ci et la place que vous visez.

    Certaines questions peuvent être plus ambigües à gérer. Parmi les exemples courants, la maternité future peut constituer un obstacle puisqu’il engendrera un déficit de disponibilité. Le choix vous revient évidement, mais d’une manière générale il est préférable d’éluder ce genre de questions en répondant par des hypothèses, sans présenter ce futur comme proche et concret.

III-VOS QUESTIONS

  • Questions pratiques…

    Rappelez-vous qu’il s’agit d’un échange et non d’un interrogatoire à sens unique. Impliquez-vous dans la conversation, et demandez des précisions sur le fonctionnement du poste, son interaction avec les autres intervenants... Le fonctionnement interne de l’entreprise a peut être ses particularités, montrez que vous vous voyez déjà dans la place et qu’il vous tarde d’en apprendre le plus possible.
    Ne craignez pas de savoir pourquoi ce poste est vaquant : s’agit-il d’une démission, d’un départ en retraite, d’un licenciement ? y’a-t-il eu un problème entre votre prédécesseur et l’entreprise ? Il est naturel que vous souhaitiez savoir le plus précisément possible dans quoi vous vous engagez.

    Enfin si vous êtes la, c’est également pour connaître les avantages potentiels de votre embauche : avantages en nature, organisation du temps de travail, progression de carrière… sont des questions que vous pouvez approfondir aussi longtemps que subsistent des interrogations.


  • …et questions d’argent .

    La rémunération fait partie des questions importantes. D’une manière générale, il est préférable de laisser le recruteur l’aborder en premier. Vous venez cherchez un emploi, pas un simple salaire. Toutefois il ne doit pas être un sujet tabou : montant, primes, augmentation, échelle temporelle… sont autant de sujets qui peuvent s’avérer déterminants dans la suite de votre carrière et donc constituer des critères de négociation. Une fois un contrat signé, le retour en arrière est plus difficile, il est donc crucial de bien connaître ses futures conditions de travail.


 

Haut de Page